VarMatin_une_frejus_2014-0120

Des inondations dans le Var, des coulées de boue dans les Alpes-Maritimes : encore une catastrophe "naturelle". Un lotissement d'Hyères inondé par le Gapeau : inepsie que d'avoir construit dans cette zone éminemment inondable. Les villas à flanc de collines gréseuses dans les Alpes Maritimes, construites à l'encontre du bon sens, sont envahies par la boue ou voient leurs terrasses et des piscines détruites dans des glissements de terrain. La nature reprend ses droits et nous rappelle qu'elle est bien plus forte que l'Homme.

Et oui, il a plu en 3 jours l'équivalent de 2 mois de pluie. Phrase typique de journaliste (et d'élus ?) pour justifier les dégâts, concernant une région où la pluviométrie mensuelle moyenne a peu de sens : soit elle est proche du néant, soit très importante au rythme des pluies intenses venant de la mer Méditerranée.

Ne remettons surtout pas en cause un urbanisme à côté de la plaque dans les zones à risques (d'inondation, de mouvement de terrain).

Malgré tout, nous avons quand même vécu un événement pluvieux remarquable autant par sa durée que par son emprise géographique : 3 épisodes pluvieux marqués sur la région PACA et les Cévennes et à chaque fois, la moitié sud du département du Var qui est bien touchée. Rappelons également qu'à Noël dernier, ces régions avaient déjà été bien arrosées.

 

I. Présentation du bassin versant du Gapeau et de l'Argens

I.1 Le Gapeau

Le Gapeau est un fleuve côtier varois qui prend sa source sur le versant sud-est du massif de la Sainte-Baume. Karstique sur sa partie amont, il reçoit à l'est de La Crau, les eaux de son principal affluent, le Réal Martin, lui-même grossi du Réal Collobrier qui descendent tous deux du versant ouest du massif des Maures. Il se jette dans la Méditerranée à l'est d'Hyères-les-Palmiers après un parcours de xx km. Il draine un bassin versant de 550 km².

à compléter.

I.2 L'Argens

Si l'on excepte le Rhône, l'Argens est le fleuve de Provence au plus grand bassin versant avec près de 2800 km² à son embouchure à Fréjus et qui englobe la moitié du département du Var. Il prend sa source dans l'arrière pays varois et coule d'ouest vers l'est. Ses principaux affluents sont :

- le Cauron,
- le Caramy, grossi de l'Issole
- la Bresque,
- l'Aille,
- la Nartuby,
- l'Endre
- le Reyran au niveau de son embouchure

à compléter.

II. La crue de janvier 2014

II.1 La vigilance météo

 

MF_2014-0118-06h       MF_2014-0118-10h

MF_2014-0118-16h   MF_2014-0119-06h

MF_2014-0119-10h  MF_2014-0119-16h

 MF_2014-0119-19h   MF_2014-0120-10h

MF_2014-0120-16h

 


II.2 La vigilance crue

La vigilance orange "crues" est passée le samedi 18 janvier à 10h sur le bassin du Gapeau et l'aval de l'Argens. A 16h, la Nartuby passe aussi en orange. Le 19 janvier à 10h, c'est l'Argens moyen qui passe en orange et en soirée, c'est l'aval du Rhône. Le 20 janvier à 10h, ne reste en orange que l'Argens aval et à 16h, il ne reste que de la vigilance jaune sur les cours d'eau provençaux.

VGC_2014-0118-10h VGC_2014-0118-16h

VGC_2014-0119-16h VGC_2014-0119-19h

VGC_2014-0120-10h VGC_2014-0120-16h

 

Et vigicrues zoomé sur le territoire provençal

VGC_2014-0118-10h_ME  VGC_2014-0118-18h_ME

VGC_2014-0119-16h_ME  VGC_2014-0120-10h_ME

VGC_2014-0120-16h_ME


II.3 L'épisode pluvieux

Un premier arrosage du massif des Maures le jeudi 16 janvier 2014 et la nuit suivante avec les quantités de précipitations les plus fortes sur la Côte d'Azur et dans l'arrière-pays niçois (173 mm à Peille et 146 mm à La Trinité).  110 mm à Bormes-les-Mimosas.

Et en deux vagues les 18 et 19 janvier, des seaux d'eau s'abattent sur les Maures et l'arrière pays varois (entre 150 et 200 mm en moins de 48h).

 

cartes des pluies à ajouter

La plupart des fleuves côtiers varois ont fortement réagi des plus petits (Giscle, Maravenne, Batailler) aux plus gros (Argens, Gapeau). C'est à la Londe-des-Maures, petite commune du littoral près de Hyères, que les dégât sont les plus importants : le Pansard et le Maravenne ont frappé ! D'habitude à sec ou presque, ils confluent à l'aval de la commune avec un aménagement pour mener au petit port de plaisance de Miramar. Le Pansard traverse La Londe entre le centre ancien et un lotissement, puis longe les vignes.

 

 


II.4 La crue du Gapeau

C'est le Réal Martin qui a le plus contribué à la crue : d'après les données brutes, on aurait atteint 4,24 m le dimanche 19 janvier à 16h à la station hydrométrique de La Crau au pied de Pierrefeu. Cette hauteur, si elle est confirmée, dépasse de 10 cm la hauteur de la crue mémorable de janvier 1978, qui avait un scénario météorologique assez proche avec plusieurs vagues pluvieuses en quelques jours sur la Provence.

Le Gapeau à Solliès-Pont sous l'autoroute A57 n'est monté au plus haut qu'à 1,8 m le 19/1, soit moitié moins que son présumé record de janvier 1999 à 3,5 m. La veille, il était monté à 2,5 m. C'est la preuve que le 3è épisode pluvieux, celui de dimanche, a bien plus touché le bassin du Réal Martin que celui du Gapeau.

Sur la commune d'Hyères le long de la RD12, le Gapeau est monté jusqu'à 3 m le 20/1 à 19h. C'est la même hauteur qui avait été observée fin décembre 1972. Tous les limnigrammes montrent de fort belle manière les réactions successives des deux cours d'eau aux trois épisodes de pluie, avec à chaque fois un pic plus haut que le précédent (sauf à Solliès). Ci-dessous les débits (à prendre avec précaution), montrant que c'est le Réal Martin qui a le plus contribué à la crue.

hydro_Gapeau_bv hydro_Hyeres

hydro_LaCrau hydro_Solies

hydro_Q-Gapeau_bv

 

II.4 La crue de l'Argens